Créé par Robert Badinter en 1985, l’Atelier Imprimerie ARTEC situé au Centre pénitentiaire de Caen forme les personnes détenues aux métiers de l’Imprimerie.

Du BEP au BAC PRO en allant jusqu’au Doctorat, l’ARTEC a permis à de nombreuses personnes incarcérées d’obtenir une formation qualifiante qui, à leur sortie, a facilité leur insertion professionnelle. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

En plus de cette qualification, l’atelier, grâce à la mobilisation sans faille de ses bénévoles et de ses permanents a prodigué un accompagnement social, citoyen et personnel.

L’ARTEC est unique et original dans le milieu pénitentiaire. Grâce à l’activité d’imprimerie pour le grand public, elle co-finance le coût des formations des personnes détenues.
D’abord assuré par l’Etat, ce co-financement relève maintenant du Conseil Régional dans le cadre de la formation professionnelle.

Aujourd’hui, le Conseil régional de Normandie a décidé de stopper le financement de l’ARTEC l’obligeant, si aucune solution n’est trouvée, à arrêter la formation, sachant que les personnes actuellement en formation ne pourront pas aller à leur terme.

La fin de non-recevoir du Conseil régional, au regard des fonds nécessaires, est incompréhensible. En effet, l’activité d’imprimerie, permet de financer une grande partie des coûts de formation.
Depuis de nombreuses années, j’accompagne cette structure et je ne peux me résoudre à voir cet outil original fermer ces portes.

Mes démarches auprès du Conseil régional se sont heurtées à une fin de non-recevoir. D’autres ressources sont à mobiliser ; pour permettre à l’ARTEC de formaliser ces dossiers de demandes de financement, peut-être qu’un financement participatif serait la solution….

J’en appelle à la mobilisation et la participation de toutes celles et tous ceux qui sont convaincus de l’intérêt de cet atelier pour l’insertion des personnes détenues.