Le 2 février, j’organisais à l’Assemblée nationale avec le CoRP, la CLF et la CADAC les Assises pour l’abolition universelle de la GPA. Rassemblant 300 personnes venues de France mais aussi de toute l’Europe, des Etats-Unis et du Canada, ces rencontres avaient pour but de lancer un appel des forces de Gauche, progressistes, contre la maternité de substitution et pour son abolition au niveau international. En effet, sans interdiction à l’échelle mondiale, l’exploitation du marché des ventres ne pourra cesser.

 La GPA porte atteinte à l’indisponibilité du corps humain, constitue une exploitation économique et sociale des femmes dans le monde sans se préoccuper des conséquences physiques et psychiques pour les mères porteuses et les enfants. José BOVE, Benoît HAMON, Elisabeth GUIGOU, Marie-Georges BUFFET… sont venus signer cet appel aux côtés de Sylviane AGACINSKI, de René FRYDMAN et de nombreuses associations françaises et étrangères de défense des droits humains. La charte est consultable en ligne www.abolition-gpa/charte/ et peut encore être signée.

Article du journal Ouest-France à ce sujet