Adoptée en février à l’Assemblée nationale, ma proposition de loi visant à lutter contre les fraudes du Front national aux élections n’avait pas été inscrite à l’ordre du jour du Sénat.

Je l’ai présentée, hier, sous forme d’amendement au projet de loi pour la confiance dans la vie publique. Il a été adopté avec l’avis favorable de la commission des lois et du Gouvernement.

Comment aurait-il pu en être autrement !

Ces pratiques entachaient la sincérité des scrutins et s’attaquaient au fondement même de notre démocratie. C’est pourquoi, ma proposition de les combattre trouvait tout à fait sa place dans un texte sur la confiance dans la vie politique.

Il ne sera plus possible d’inscrire, sans leur consentement, des personnes sur des listes de candidats aux élections, sachant que seul le Front national avait usé de ces pratiques, comme à Giberville où il a été condamné.

Voir la vidéo de la séance