Le 25 avril, je participais à l’hommage national rendu à ce policier mort dans l’exercice de ses fonctions. La prise de parole de son compagnon fut un moment très émouvant : « « Cette douleur m’a donné le sentiment d’être plus proche que jamais de tes camarades qui souffrent, comme toi silencieusement, comme moi silencieusement. Pour ce qui me concerne, je souffre sans haine ».

Indignation, depuis, suite aux propos inqualifiables de Jean-Marie LE PEN.