Les Français sont attachés aux transports ferroviaires qui concernent chaque année plus d’un milliard de passagers, principalement sur des trajets domicile-travail.

Présenté jeudi dernier, le rapport SPINETTA nourrit l’inquiétude des usagers. Il envisage une remise à flot des finances de la SNCF au détriment des lignes secondaires. Ces dernières participent pourtant de façon importante au désenclavement des territoires. Le Gouvernement affirme que l’avenir de ces lignes fera l’objet de discussions entre les régions et la SNCF. Dans ce potentiel bras de fer, le soutien de l’Etat sera indispensable pour ne pas écarter des territoires de l’accès au service public ferroviaire.

De plus, à l’instar de La Poste ou d’EDF, le rapport préconise le passage de la SNCF en société anonyme. Le groupe Nouvelle Gauche s’oppose à cette proposition. Le transport ferroviaire ne peut être soumis à un modèle économique où la rentabilité prime sur toute autre considération. Nous défendons le maintien d’un grand service public ferroviaire associé à un plan d’investissement ambitieux.

Nous nous opposons, aussi, à la réforme de la SNCF par ordonnances. La représentation nationale ne saurait être écartée d’un débat sur l’organisation du service public ferroviaire.