Dimanche, nous désignerons le/la prochain(e) président(e) de la République française.

Ce moment est important pour notre démocratie, et cela d’autant plus que le contexte international, écologique, politique et social est particulier, voire inédit.

L’abstention n’est pas une réponse au désarroi de nombreux citoyens.

De grands défis sont à relever au premier rang desquels, le défi écologique. Le GIEC vient de nous rappeler qu’il nous reste 3 ans pour inverser la tendance !

Ce défi écologique ne pourra être relevé s’il n’est pas assorti d’un accompagnement social des plus modestes qui, sinon, subiront une double peine.

Il est donc impératif de mettre en place une politique sociale et de renouer avec la redistribution des richesses en faveur de tous.

Il est indispensable de choisir un service public fort. Son action lors de la pandémie nous a démontré combien il était efficace et incontournable.

Il est nécessaire de choisir la priorité à l’éducation pour tous et partout, la lutte contre la pauvreté, notamment celle des jeunes, la défense des droits des travailleurs et, notamment, celui à la retraite qui ne doit pas être à 65 ans.

Il y a de nombreux marqueurs entre la gauche et la droite (dont fait partie Emmanuel MACRON) qui permettent de guider notre vote.

Il y a des lignes défendues par l’extrême droite que nous ne pouvons franchir, tant elles bafoueraient nos valeurs et disloqueraient notre démocratie et notre société.

Après les Gilets jaunes, les grandes manifestations contre la réforme des retraites, la France, comme le reste du monde, a été confinée, enfermée pour ressortir à la veille d’une guerre en Europe qui nous inquiète légitimement.

Ce contexte inédit ne doit pas nous faire oublier les réformes du début du quinquennat Macron avant le covid 19 et ce qui est proposé par la droite et la République en Marche pour le prochain mandat.

Une autre voie est possible.

Il est impératif de la tracer en allant voter dimanche prochain.