C’est une véritable confirmation du caractère totalement inadapté de cette réforme injuste de l’assurance chômage, par rapport à la situation actuelle liée à l’après COVD 19, que le Conseil d’Etat vient de prononcer. 

En voulant coûte que coûte passer sa réforme en pleine période de pandémie, le Président de la République et son gouvernement voulaient surtout montrer à leurs électeurs, dans la perspective de l’élection Présidentielle, que leur volonté de réformer, même de façon totalement inadaptée, était intacte.

L’opposition est, à de multiples fois, intervenue depuis des mois (moi-même encore vendredi dernier dans l’hémicycle) pour dénoncer l’impact délétère pour des centaines de milliers de nouveaux demandeurs d’emplois, sans être entendue. Ici, dans le Calvados, ce sont près de 12.000 nouveaux demandeurs d’emploi qui auraient été impactés très sévèrement.

C’est donc la plus haute juridiction administrative de l’Etat qui indique aujourd’hui à cette majorité que cette réforme n’est pas bonne.

Il faut saluer ici le travail des syndicats qui ont saisi le Conseil d’Etat.