En commission et en séance à l’Assemblée nationale, j’ai déposé un amendement signé par de nombreux députés en vue de doter la France d’un centre relais téléphonique généraliste dont la fonction est de permettre aux personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles, aphasiques ou handicapées de la communication, de passer et de recevoir des appels téléphoniques.

Il a malheureusement été déclaré irrecevable alors qu’il n’avait pas d’incidence sur les charges publiques, puisqu’il était proposé que l’ensemble des abonnés au téléphone soient sollicités pour financer un service de téléphonie pour les personnes malentendantes.

Redéposé en séance, l’amendement a , de nouveau, été déclaré irrecevable.

De nombreux travaux ont eu lieu sur cette question et il est maintenant nécessaire de concrétiser leurs conclusions. C’est pourquoi, suite à ce refus au sein du projet de loi numérique, j’ai sollicité un rendez-vous auprès de la Secrétaire d’Etat chargée du numérique.