Le ministre de l’Intérieur a adressé aux préfets une circulaire “relative à l’attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales” de mars prochain. Ce document demande aux préfets de n’attribuer une nuance politique aux candidats que dans les communes de 9 000 habitants et plus, ainsi que dans les villes préfectures et sous-préfectures.

Cette circulaire porte une atteinte lourde à la démocratie :

  • Pourquoi ? Tout simplement parce que les électrices et électeurs ont le droit de savoir pour qui ils votent ! Le parti au pouvoir veut faire croire que les listes dans les communes de moins de 9000 habitants sont apolitiques, c’est faux !
  • La moitié des Françaises et Français vit dans une commune de cette taille. Le gouvernement considère donc que près de 50% des électrices et électeurs ne pourraient pas voter pour des candidats à l’identité politique clairement affichée.

Avec cette circulaire, le gouvernement espère faire un coup double :

  • Faute de trouver des candidats en nombre satisfaisant, la République en Marche supprime les nuances politiques pour dissimuler son incapacité à se faire correctement représenter lors de la prochaine échéance électorale.
  • Et là où il en présentera, il espère, par la dissimulation, pouvoir échapper à la sanction que les électrices et électeurs s’apprêtent à lui infliger. Pour la première fois, nous n’aurons aucune projection démocratique des résultats. Personne ne pourra dire qui a gagné ou perdu.