Enfin, après 4 ans d’inaction pour les jeunes, après 4 mois de tergiversations depuis sa promesse du 12 juillet dernier, le Président de la République a annoncé  la création d’un “contrat d’engagement” pour les jeunes de 16 à 25 ans.

Évidemment que ce dispositif sera utile pour les quelques centaines de milliers de jeunes qui en bénéficieront. Mais comme souvent avec ce gouvernement, quand il y a annonce en fanfare, il y a entourloupes en cascade !

  • Première entourloupe, ce “contrat d’engagement” ne touchera que 400 000 jeunes…alors qu’il y a entre 800 0000 et 1 million de jeunes de 16 à 25 ans ni en études, ni emploi, ni en formation. Ainsi, près de 600 000 jeunes ni en études, ni emploi, ni en formation, ainsi que tous les jeunes étudiants qui ont grossi les files d’attente des banques alimentaires, ne pourront pas bénéficier de ce “contrat d’engagement” et devront se contenter des bourses pour ceux qui peuvent en bénéficier. Promu comme une réponse à la détresse des étudiants, ce dispositif ne touchera pas les étudiants ! Quel cynisme.
  • Deuxième entourloupe, ce “contrat d’engagement” sera versé “sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites ». Comme si les jeunes allaient se complaire dans quelque aide que ce soit ! 500 euros par mois cela permet de survivre, pas de vivre, aucun jeune n’aspire à survivre toute sa vie avec des minimas sociaux ! Les jeunes n’ont pas besoin d’une “logique contractuelle”, ils ont besoin d’un “minimum vital”, les jeunes n’ont pas besoin d’en “baver” entre 18 et 25 ans, ils ont besoin de la confiance de la Nation pour se réaliser et s’épanouir.
  • Troisième entourloupe, ce “contrat d’engagement” se substitue à la “garantie jeune”. La “garantie jeune” est un dispositif créé sous François Hollande qui s’adresse aux 16-25 ans. C’est un dispositif efficace, qui a fait ses preuves, même si il ne répond pas à toutes les difficultés que peuvent rencontrer les jeunes, notamment les étudiants. Le gouvernement avait déjà décidé de passer de 100 000 à 200 000 le nombre de bénéficiaires, avec son “contrat d’engagement” il réhausse seulement son objectif sans donner les moyens aux missions locales d’accompagner ces jeunes et sans rien proposer aux autres jeunes.
  • Quatrième entourloupe, ce “contrat d’engagement” ne sera créé qu’à partir…du 1er mars 2022 ! Soit 2 ans après le premier confinement qui a vu les jeunes se rendre aux distributions alimentaires et alors que nous n’avons cessé d’alerter et de proposer un minimum jeunesse. Et soit un mois avant le premier tour de la présidentielle…

A l’heure où les files d’attente des banques alimentaires grossissent de nouveau, où les jeunes doivent faire face comme l’ensemble des Français à l’augmentation des prix de l’énergie : de l’électricité ou du gaz pour se chauffer cet hiver, des carburants dont certains ont besoin pour faire leur petit boulot, ce n’est pas sérieux !

La seule réponse simple, lisible et efficace, c’est le minimum jeunesse que nous proposons depuis le début du quinquennat !

  • Aujourd’hui, la France fait partie des 4 pays de l’Union européenne qui n’ouvrent pas ses droits sociaux aux jeunes. Plutôt que de continuer à empiler les dispositifs plus ou moins efficaces, il est temps de mettre en place un droit simple, ouvert à tous les jeunes de 18 à 25 ans en situation de pauvreté.
  • Nous proposons de verser automatiquement aux jeunes de 18 à 25 ans un minimum mensuel d’un montant équivalent au RSA, comme cela existe pour les personnes âgées ayant de faibles revenus. Il existe un minimum vieillesse depuis 1956, créons enfin un minimum jeunesse !

Voir l’intervention de Boris Vallaud https://www.facebook.com/socialistesAN/videos/1280044749110777