Pénurie de masques: le Gouvernement doit protéger tous ceux qui nous protègent

Les professionnels de santé qui interviennent dans nos hôpitaux, nos cabinets libéraux, nos pharmacies ou nos EHPAD, mais aussi à domicile sont en première ligne. Pourtant, on les envoie combattre sans protection.

Dans son discours lundi, le Président de la République indiquait : « nous leur devons des masques, du gel, tout le matériel nécessaire, et nous y veillons et veillerons ». Pour l’heure, la promesse n’est pas tenue. Que dire par ailleurs des pompiers, des forces de l’ordre, des caissiers, ou encore des éboueurs, c’est-à-dire de tous ceux qui travaillent au contact de la population, eux aussi sans masques !

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation de pénurie ? Le moment venu, lorsque la crise sera derrière nous, de nombreuses questions se poseront, le gouvernement devra y répondre.

Pour l’heure, Christine Pirès Beaune, députée du Puy-de-Dôme, a demandé au gouvernement de garantir que, rapidement, dans tout le territoire national, l’ensemble du personnel soignant – qu’il soit en cabinet, en hôpital, en EHPAD ou qu’il intervienne à domicile – mais aussi le personnel des pharmacies, les pompiers et les paramédicaux auront les moyens, tant que durera la crise, de se protéger pour nous protéger !

Voir la vidéo

Les députés socialistes et apparentés obtiennent la suspension du jour de carence pour les fonctionnaires

Jeudi, les députés socialistes et apparentés ont été les seuls à avoir déposé un amendement pour supprimer le jour de carence des fonctionnaires contaminés par le coronavirus.

Cet amendement a été dans une premier temps rejeté par la majorité, mais samedi le Premier ministre est revenu sur sa décision et a annoncé la suspension du jour de carence, dans le privé, comme dans le public, pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire.

C’est une mesure de bon sens car lorsqu’un fonctionnaire était confiné chez lui, qu’il n’était pas malade, il n’avait pas de jour de carence. Mais lors qu’il était malade et donc forcément chez lui, il ne bénéficiait du maintien de sa rémunération qu’à partir du deuxième jour d’arrêt de travail.
C’est aussi une mesure de solidarité et de justice sociale alors que les fonctionnaires se mobilisent de façon exemplaire pour assurer la continuité des services publics indispensables à notre pays.

Voir la vidéo

Parmi les questions que pose l’actuelle crise sanitaire, Valérie Rabault, députée de Tarn-et-Garonne et présidente du groupe Socialistes & apparentés en a retenu trois, qu’elle a posées au Premier ministre jeudi matin.

La première concerne la pénurie de masques. À l’heure actuelle, plusieurs millions de Français __ caissiers, postiers, sapeurs-pompiers et, bien sûr, tous les personnels médicaux __ continuent de travailler sans masque. Ils partent au travail pleins d’angoisse pour eux-mêmes et pour leur famille. Le gouvernement a pris il y a quelques jours un décret réquisitionnant les stocks ; nous souhaitons qu’il soit complété par la réquisition des usines de production, y compris de celles qui n’ont pas l’habitude de produire des masques mais sauraient le faire.

La seconde concerne la doctrine du gouvernement en matière de tests. Les pays qui, pour l’heure, ont le mieux réussi à endiguer l’épidémie sont ceux qui ont massivement recouru aux tests sur leur territoire national. Vu la progression de l’épidémie, sera-t-il oui ou non possible de faire pratiquer un plus grand nombre de tests afin de la circonscrire par endroits ?

Enfin, le gouvernement a proposé un report de deux mois des cotisations des restaurateurs et de l’ensemble des indépendants, de tous ceux qui n’ont plus aucune activité, donc plus aucune rentrée d’argent. Nous souhaiterions que ce report soit transformé en annulation : il paraît très difficile de demander à ces travailleurs indépendants de payer des cotisations sur de l’argent qu’ils n’auront pas.

Voir la vidéo

Coronavirus – Mobilisation des banques
“Des très petites entreprises nous font remonter que les banques refusent les lignes de trésorerie…” Christine Pirès Beaune
Pour sauver nos petites entreprises, il faut la mobilisation rapide de tous !

Voir la vidéo