Le mardi 17 mars 2020, la France entamait son premier confinement. Un an plus tard, nous déplorons plus de 90 000 personnes mortes du Covid-19. En leur mémoire, le mardi 16 mars 2021, Valérie Rabault a proposé à l’ensemble des députés de leur rendre hommage dans l’hémicycle.

Question de Valérie Rabault , Députée de Tarn-et-Garonne  

Un an plus tard, nous connaissons une nouvelle hausse des contaminations. Cette reprise épidémique était malheureusement prévisible. Comme l’a rappelé Valérie Rabault, le 28 janvier le Premier ministre avait projeté un graphique lors d’une réunion avec l’ensemble des présidents de groupe le 28 janvier dernier. Il présentait le nombre possible de contaminations avec le variant anglais (graphe ci-contre).

  • A la lecture de ce graphe, on constate que le nombre actuel de contaminations correspond à celui qui avait été anticipé (nous avons ajouté la barre rouge sur le graphe du Gouvernement pour afficher la semaine dernière, celle du 15 mars 2021).
  • Par conséquent, le Gouvernement ne peut pas parler « d’augmentation subite » du nombre de cas. Le Président de la République a fait le choix de ne pas prendre de nouvelles mesures à la fin du mois de janvier, la situation actuelle en est la conséquence comme l’a rappelé Alain David.

Intervention d’Alain David ,  Député de Gironde 

La seule issue possible pour sortir de cette crise, c’est la vaccination. Elle fonctionne, le taux de contamination des personnes de plus de 80 ans diminue significativement. Mais elle est encore trop lente. En Israël plus de 60% de la population a reçu une 1ère dose ; plus de 25% aux Etats-Unis ; et moins de 10% en France.

Mercredi, Gérard Leseul a de nouveau demandé au gouvernement d’accélérer la vaccination.

Intervention de Gérard Leseul , Député de Seine-Maritime 

Le Gouvernement s’est enfin décidé à ouvrir de grands centres de vaccination dans tout le pays. Mais qui vaccinera, dans nos campagnes où les médecins sont de plus en plus rares ? Depuis le 15 mars, les pharmaciens ont l’autorisation de vacciner contre la covid-19.

Joël Aviragnet a demandé au gouvernement d’autoriser les infirmières et les infirmiers, qui sont en première ligne de la lutte contre l’épidémie depuis un an, à vacciner. Question de Joël Aviragnet , Député de Haute-Garonne