Il y a un an, après des mois de bataille menée par la CGB, les agriculteurs, les salariés du site et les élus, le groupe Sudzucker fermait la partie production de la sucrerie de Cagny.

Le refus catégorique de vendre à un repreneur potentiel était assumé par le groupe allemand au prétexte que des unités de stockage étaient maintenues sur le site avec 9 salariés. Un procédé qui permettait ainsi de ne pas tomber sous le coup de la loi Florange qui oblige un industriel à rechercher des repreneurs lorsqu’un site est totalement fermé.

L’annonce faite hier de la fin du stockage sur Cagny démontre que la multinationale avait selon toute vraisemblance déjà planifié, dès le 19 février 2019, date de l’annonce de la fermeture de Cagny, cette option.

C’est un procédé scandaleux qui montre combien l’ultralibéralisme s’exonère de toutes formes de moralité. C’est donc avec un grand mépris et un véritable cynisme envers les agriculteurs, les salariés et les élus que ce groupe industriel s’est comporté.

Désormais, il lui appartient de prendre en compte la situation des neuf salariés qui ont cru en cette promesse de continuité d’activité sur le site.

Article France 3 Normandie

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen/sucrerie-saint-louis-de-cagny-cette-fois-c-est-bien-fini-la-loi-florange-encore-contournee-2027812.html