La proposition de loi déposée par Olivier Falorni qui sera débattue le 8 avril prochain à l’Assemblée nationale, suit celle déposée par le Groupe socialiste au Sénat, visant à établir le droit à mourir dans la dignité pour laquelle l’obstruction des Républicains a empêché le débat le 11 mars dernier.

Je milite depuis des années pour le droit de mourir dans la dignité, tout en étant consciente de la sensibilité du sujet dans la société française.

Il n’en demeure pas moins qu’il me semble nécessaire de franchir une étape supplémentaire et de compléter les mesures de la Loi Léonetti sur la fin de vie, afin d’autoriser de façon encadrée l’aide active à mourir.

C’est la raison pour laquelle je serai en séance le 8 avril prochain et je voterai pour ce texte si le Gouvernement et certains députés de sa majorité le permettent.

La majorité En Marche à l’Assemblée nationale utilise souvent les artifices de la procédure parlementaire pour empêcher les débats sur un texte qu’ils ne veulent pas rejeter officiellement.

L’organisation de l’ordre du jour de cette journée de débat me fait craindre en effet que ce texte ne puisse aller au terme de son examen.

C’est la raison pour laquelle, j’ai signé l’appel des 270 députés pour débattre et voter ce texte si important sans caricature ni obstruction.

Lire l’appel des 270 députés députés sur la fin de vie : “Nous voulons débattre et voter”

https://www.lejdd.fr/Societe/lappel-de-270-deputes-sur-la-fin-de-vie-nous-voulons-debattre-et-voter-4036064?Echobox=1617480581&fbclid=IwAR3jumRg7YGOpn21F-EZYBnItC2xKblIdIoGMf4fPluVYVEzeiBqd3Xkt7U#utm_medium=Social&xtor=CS1-3&utm_source=Facebook