L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen est l’une des pires catastrophes industrielles en France après AZF en 2001.

La transparence doit désormais rapidement être faite sur cet incendie ! C’est ce qu’a demandé le député de Seine Maritime Christophe Bouillon au Premier ministre lors des questions au gouvernement et Valérie Rabault, présidente du groupe socialistes et apparentés qui s’est rendue à Rouen mardi soir.

Nous demandons une commission d’enquête parlementaire, aux pouvoirs d’investigation étendus, pour faire toute la lumière sur l’impact sanitaire, environnemental et économique de l’incendie de l’usine Lubrizol ; et évaluer les modalités d’un renforcement de la prévention des risques et des moyens de réponse en cas de catastrophe industrielle majeure.

  • Nous saluons la décision de la conférence des présidents de créer mercredi une mission d’information parlementaire qui associe tous les groupes politiques. C’est une nouvelle étape vers plus de transparence, après la publication hier de la liste des produits incendiés à Lubrizol, là aussi à notre demande.
  • Mais si nous constatons que les parlementaires ne peuvent pas pleinement exercer leur mission de contrôle de l’action du gouvernement dans le cadre de cette mission d’information, nous utiliserons notre droit de tirage pour enclencher une commission d’enquête.

En parallèle de notre demande de commission d’enquête, nous avons également déposé mercredi une proposition de résolution pour la constatation de l’état de catastrophe technologique sur les territoires touchés par l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen :

  • Cette reconnaissance permettra aux particuliers et aux professionnels, notamment les agriculteurs, d’enclencher rapidement des procédures d’assurance pour être dédommagés.
  • Aussi, nous demandons dans cette proposition de résolution la mise en place, par l’Etat, d’un plan de suivi médical afin que les impacts sur la santé des habitants du territoire puissent être mesurés, y compris sur la durée, comme s’y est engagé le Premier ministre hier lors de la séance de question d’actualité, en réponse à une question de Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime.

Voilà trois propositions très concrètes pour répondre rapidement à l’inquiétude légitime des rouennais et des rouennaises !