Un vote important a eu lieu cette semaine avec l’allongement de 12 à 14 semaines de l’IVG, contre l’avis du Gouvernement.

Du fait d’un manque de praticiens et de la fermeture progressive de centres IVG, il s’écoule souvent plusieurs semaines entre le premier rendez-vous et l’intervention. Chaque année, plusieurs milliers de femmes “hors délai” partiraient avorter à l’étranger.

Afin d’améliorer l’accès à l’IVG, Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère, a travaillé pendant plusieurs mois et publié un rapport le 16 septembre dernier au nom de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale.

La proposition de loi adoptée jeudi par l’Assemblée nationale fait suite à ce travail. Elle permet notamment l’allongement du délai légal de 12 à 14 semaines. Grâce au travail de Marie-Noëlle Battistel, cette proposition de loi a été enrichie par nos amendements :

  • Nous avons permis aux sages-femmes de pouvoir pratiquer l’IVG par voie chirurgicale jusqu’à la 10eme semaine de grossesse afin de renforcer l’offre médicale ;
  • Nous avons permis de systématiser la présentation de chaque méthode d’IVG par les professionnels de santé afin de garantir aux femmes leur droit de choisir la méthode d’IVG qui leur convient le mieux.