Depuis 4 ans, la politique du gouvernement et de sa majorité creuse les inégalités à l’école :

  • Inégalités entre les établissements. Le projet de réforme du bac abandonne le caractère national de l’examen. Le bac va devenir un diplôme d’établissement. La mise en place du contrôle continu intégral est dans la même logique que la mise en place de Parcoursup qui sélectionne déjà les étudiants selon leur établissement d’origine. C’est en fonction de la résidence de ses parents et de l’accès aux établissements de centre-ville, autrement dit de son appartenance sociale, que les portes du supérieur vont s’ouvrir.
  • Inégalités entre les élèves. La loi de refondation de l’école de la République de 2013 a introduit dans le code de l’éducation le concept d’école inclusive pour les élèves en situation de handicap. Depuis la rentrée 2015, les dispositifs de scolarisation des élèves en situation de handicap sont dénommés « unités localisées pour l’inclusion scolaire » (Ulis). Malheureusement trop peu de professeurs du secondaire ont été formés ces dernières années à enseigner en ULIS, auprès des élèves en situation de handicap. Le risque est, ainsi, de voir de nombreux postes vacants en septembre. Il serait totalement inacceptable de voir ces postes spécialisés, si importants pour les élèves en inclusion, confiés à la hâte à des remplaçants titulaires ou contractuels non formés et qui ne les auraient pas demandés.

Parce que l’école inclusive devrait être l’une des priorités de l’Education Nationale, Gérard Leseul a alerté le gouvernement sur sa responsabilité dans les inégalités sociales à l’école.

Voir la question au Gouvernement https://www.youtube.com/watch?v=a_LpuGrCGcU