La position que nous avons défendue était claire : OUI à la vaccination obligatoire pour les adultes ; NON au pass sanitaire tel que proposé par le Gouvernement.

C’est pourquoi, notre groupe a décidé de se placer dans une démarche constructive dans les débats parlementaires de ces derniers jours. Mais les délais et le rythme imposés aux débats parlementaires dévoilent encore une fois le mépris du Gouvernement à l’égard du Parlement.

La réponse à la crise sanitaire se trouve dans le progrès scientifique, médical et technologique. La solution la plus simple, la plus juste et la plus efficace est la vaccination obligatoire pour toutes et tous les adultes. Se vacciner, c’est protéger sa santé et sa liberté, mais c’est aussi protéger la santé et la liberté des autres.

Avec le pass sanitaire, le Gouvernement a choisi une voie différente pour lutter contre la nouvelle vague liée au variant delta. La voie d’une contrainte, d’une sanction sans règle claire. Une voie de restriction stricte de nos libertés. Pire encore, une voie de contrôle et de méfiance des uns envers les autres.

Le pass sanitaire du Gouvernement va faire peser sur les restaurateurs, cafetiers, bénévoles qui organisent des manifestations une responsabilité qui n’est pas la leur et qui sera sanctionnée par des amendes conséquentes en cas de manquement.

Le pass sanitaire, tel qu’il a été adopté, est la consécration du manque d’anticipation du Gouvernement face à cette nouvelle vague et ce, alors même que nous avions interrogé celui-ci dès le début du mois de juin sur le variant delta.

Au cours des deux journées de séance, le Gouvernement et sa majorité ont refusé tous les amendements qui auraient permis de corriger les modalités pratiques du pass sanitaire tel que proposé par le Gouvernement :

  • Faire en sorte que l’application contraignante du pass soit reportée au 1er octobre, afin que les personnes aient le temps matériel de se faire vacciner : REFUSÉ
  • Faire en sorte que le pass sanitaire ne restreigne pas l’accès aux besoins essentiels : REFUSÉ
  • Faire en sorte que les contrôles du pass n’incombent pas aux salariés des restaurants, bénévoles, etc mais aux forces de l’ordre : REFUSÉ

Dès lors, nous avons voté CONTRE ce projet de loi. Une course contre la montre est engagée. Nous incitons chacune et chacun à se faire vacciner.