La loi « foncier », promise deux fois par le Président de la République, a été une nouvelle fois absente du discours du Premier ministre la semaine dernière.

Sur ce sujet, le désordre atteint pourtant son paroxysme et se traduit par la libéralisation et l’accaparement des terres, ce qui est à l’origine de trois pauvretés : moins de valeur économique, moins de valeur sociale, moins de biodiversité.

Il y a urgence à intervenir, comme l’a rappelé Dominique Potier, lors de la séquence de questions au gouvernement.

Question de Dominique Potier https://www.youtube.com/watch?v=YN6Vl5exF9A&feature=youtu.be