QAG

J'ai posé au gouvernement une question d'actualité afin de tirer les enseignements des élections municipales."Monsieur le Premier Ministre, Je veux d’abord vous adresser mes félicitations républicaines pour votre réélection à la mairie du Havre.Mais vous conviendrez avec moi que l’arbre ne peut pas cacher la forêt. Jamais un président de la République n’avait subi un tel revers lors d’élections municipales. Même la clarification opérée au second tour – je veux parler de vos alliances avec la droite – même cela n’a pas permis d’endiguer la victoire du bloc social et écologique.Qu’allez-vous faire de cette défaite ? Les couloirs bruissent. Mais c’est moins un remaniement gouvernemental que les Français attendent qu’un remaniement de la politique que vous conduisez.L’acte 2 devait être plus social ? On a eu les réformes de l’assurance chômage et des retraites. L’acte 3 devrait être écologique ? Mais déjà la course de lenteur est engagée avec les propositions de la convention citoyenne pour le climat.Il y a un point sur lequel nous pourrions être d’accord : donner plus de pouvoirs et de moyens aux collectivités locales. Mais cela ne peut pas être au prix d’un chantage et d’un tripatouillage électoral : moyens nouveaux contre report de l’élection régionale.La démocratie ne se marchande pas ! Sur ce principe républicain-là, au moins, j’aimerais être certain que nous partageons la même vision, monsieur le Premier Ministre.Alors je vous pose cette question simple: est-il dans l’intention du chef de gouvernement de reporter les élections régionales ?"

Publiée par Olivier Faure sur Mardi 30 juin 2020

 

Conseil National du 30 juin 2020
Le Président de la République envisage de reporter les élections régionales et départementales au prétexte d’engager les régions dans un nouvel acte de décentralisation qu’il considère nécessaire à la reprise de notre économie.
Engager un plan de relance massif en donnant aux collectivités les moyens et les compétences permettant le rebond de l’économie est nécessaire pour préserver l’emploi, protéger les françaises et les français les plus fragiles, soutenir les entreprises et amplifier la transition écologique et sociale.
Bien entendu, le Parti socialiste, fondamentalement attaché à la décentralisation, souhaite que le pays puisse engager une nouvelle étape de rapprochement du pouvoir vers les citoyens et de renforcement de la capacité à agir des régions comme des départements. Le Parti socialiste fera des propositions en ce sens. Pour autant tout cela ne nécessite en aucun cas le report des élections. Si ce report était envisagé pour mettre en oeuvre un changement du mode d’élection des conseils régionaux et départementaux, par exemple pour ressusciter le conseiller territorial, le Parti socialiste le refuserait d’autant plus.
Personne n’est dupe. Cette proposition de report n’est qu’un tripatouillage électoral et un recul démocratique qui conduirait à priver les citoyens de l’exercice de leur droit de vote et a pour seul but d’éviter au Président de la république une nouvelle défaite cuisante quelques mois après les élections municipales et un an avant l’élection présidentielle.