Il y a quelques jours, les instituts de sondage nous prédisaient un duel MACRON-LE PEN pour le deuxième tour des élections présidentielles de 2022. Une anticipation en total décalage avec les résultats de dimanche dernier puisque tant La République en Marche que le Rassemblement National ont enregistré des résultats désastreux lors des municpales. A l’inverse, le Parti Socialiste a, à l’occasion de ce scrutin local, fortement renforcé son maillage territorial ( Paris, Nantes, Rennes, Rouen, Clermont-Ferrand, Villeurbanne….),et a gagné de nouvelles villes (Montpellier, Nancy…). EELV a, de son côté, remporté de belles victoires dans des grandes villes ( Bordeaux, Lyon, Tours, Besançon…). A chaque fois, les mairies conquises ou conservées dans le giron de la gauche sociale et écologique résultent de listes de rassemblement avec un socle fort constitué par ces deux formations politiques.

La page de “l’après-municipales” reste donc à écrire pour le PS et EELV , et plus largement, pour les formations de gauche qui le souhaitent, afin d’éviter ce que les instituts de sondages nous prédisent pour 2022. Il n’y a pas de fatalité. Ces municipales nous le montrent. Il existe une réelle volonté, même si le taux de participation aux municipales a été très faible, de faire gagner les idées sociales et écologiques.

Dans la construction d’un chemin vers la présidentielle de 2022, personne ne doit négliger cette étape des municipales ni celle à venir des régionales et des départementales. Il serait suicidaire de ne pas poursuivre le travail en commun pour consolider et faire gagner la gauche sociale et écologique. L’enjeu est important : stopper la progression du Rassemblement National et mettre un terme à l’utralibéralisme, en proposant des politiques plus justes et plus respectueuses de l’environnement.