84 députés, dont les députés Socialistes et apparentés, ont déposé mardi 10 novembre un recours devant le Conseil constitutionnel sur le projet de loi « relatif aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières ».

A l’initiative de Dominique Potier, député de Meurthe et Moselle, nous avions proposé lors des débats parlementaires un plan alternatif pour soutenir la filière française de la betterave sans réautoriser les néonicotinoides : un “plan B comme betterave”.

  • Dans notre “plan B”, nous proposons une voie conciliant économie et écologie : 50% du sucre français sous signe de qualité d’ici 2030, un “Pacte de solidarité” capable de garantir un revenu juste pour tous les acteurs de la filière et des solutions alternatives à l’utilisation des néonicotinoïdes.
  • Notre “plan B” n’est pas seulement une trajectoire vers une revalorisation durable de la filière française de la betterave d’ici 2030. Nous l’avons conçu comme un cas d’école pour d’autres secteurs agricoles qui sont eux aussi confrontés à la double peine de la dérégulation des marchés et du dérèglement climatique.