Ce samedi, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé être prêt à revenir sur l’âge pivot et a missionné les partenaires sociaux pour travailler à des propositions de financement du système pour le mois d’avril. 

Les marges de négociations ? Aucune. On ne peut pas toucher aux cotisations, au niveau des pensions, aux cotisations patronales, à la CADES, à l’élargissement de l’assiette. Cette fausse négociation prépare le retour de l’âge pivot pour le mois d’avril.

Et sur cette base, le premier Ministre maintient le calendrier parlementaire avec un examen en urgence du texte à partir du 17 février à l’Assemblée nationale.

Le Gouvernement nous demande de signer « un chèque en blanc ».

C’est non !