La sécheresse particulièrement précoce que connaissent les agriculteurs, montre, s’il en en était besoin, l’impérieuse nécessité que nous agissions rapidement afin que les récentes prévisions du GIEC en matière de réchauffement climatique ne se produisent pas. Cette sécheresse, et le déficit hydrique qu’elle provoque, aura immanquablement des répercussions sur la vie de tous les jours des français. Déjà certains prédisent une hausse conséquente des prix du blé, et donc par ricochet, de produits alimentaires de première nécessité : pain, pâtes,… Il est donc plus que jamais nécessaire de repenser notre modèle économique, notre manière de consommer afin que les générations à venir puissent vivre sur une planète vivable. Ces transformations, elles ne sont pas à opérer dans 10 ans, mais dés maintenant. Il faut à la fois agir concrètement dans notre quotidien mais également à l’échelle des politiques nationales. C’est un enjeu majeur et un défi que nous devons relever collectivement