Le mercredi 27 mai avait lieu le débat, suivi d’un vote ‘indicatif’ sur le lancement de l’application de traçage StopCovid, sensée favoriser la jugulation de l’épidémie.
Très controversé, ce dispositif dont les failles ont été démontrées, vient s’ajouter à la création déjà actée de deux fichiers de données personnelles sensibles par la loi de prorogation de l’état d’urgence.
Le risque est réel de la mise en place d’une surveillance généralisée, sous couvert de lutte contre l’épidémie et en profitant de la peur légitime qu’elle suscite.
Lors des débats, j’ai mis en exergue ces risques et rappelé au Gouvernement que l’urgence du moment n’était pas là.