Le discours du Président de la République très attendu de l’ensemble des français, manifestants ou non, suscite une déception aussi grande que l’attente que son annonce avait créée.

Totalement déconnecté de la réalité du moment, le Président renvoie aux acteurs locaux et à trois mois les actions à mettre en œuvre pour qu’il n’y ait plus de fracture territoriale, plus de fracture sociale et qu’une véritable transition écologique populaire se mette en œuvre.

Il ne lui a pas fallu 3 mois pour supprimer l’ISF et instituer la Flat Tax pour les 10 % les plus fortunés du pays. Pour les 90 % de la population, il faudra attendre 3 mois mais sans changement de cap, sans moyens supplémentaires et en « réorganisant les services publics pour faire mieux avec moins »….

Après presque 2 ans de mépris des élus, des corps intermédiaires, des partis politiques et des citoyens, le Président se fait le chantre de la concertation qu’il a piétinée.

Comme son Gouvernement et les membres de sa majorité, le Président de la République reste « hors sol » en parlant de 2030 quand il faut des réponses maintenant.

Le décalage est grand entre les attentes des citoyens qu’il dit pourtant « entendre et comprendre » et les propos qu’il tient.

Le Groupe socialiste à l’Assemblée nationale a proposé un moratoire sur l’augmentation de la taxe, un chèque énergie étendu et la remise en place de la taxe flottante. Refusées ces dernières semaines, ces propositions ont été énoncées ce matin.

Les aides aux collectivités pour la transition énergétique ont été supprimées du budget et le Président annonce ce matin la systématisation des contrats de transition énergétique.

Il n’y a aura pas de révolution écologique sans traitement des inégalités.