Nous étions nombreux à Paris, mais aussi dans toute la France, samedi pour dire « ça suffit », pour que la lutte contre les violences faites aux femmes soit un combat du Gouvernement avec des actions concrètes pour les victimes et leurs enfants et contre les violences.

Car ce fléau n’est pas une fatalité. Les solutions sont déjà identifiées et demandées par les associations depuis de nombreux mois.

Suite à la première grande mobilisation, la réponse du Gouvernement a été de lancer un « Grenelle des violences faites aux femmes ».

Au lendemain d’une mobilisation sans précédent, le Gouvernement annonce aujourd’hui, en conclusion de ce grenelle, un plan d’actions qui reprend un grand nombre d’obligations et de dispositifs déjà existants.

Il annonce un budget de 360 millions d’€ pour 2020, ce qui correspond au budget 2019.

Pas un euro de plus pour lutter, accueillir, soigner, prévenir, éduquer et punir.

Je reprendrai les mots du collectif « Nous toutes » à la lecture du plan du Gouvernement : « la déception est à la hauteur des attentes et de la mobilisation inédite du 25 novembre ».

Le combat continue…..